Charger ses batteries à 100%

Surmenage, stress et angoisse… est-ce que l’on est réellement capable d’arrêter et de prendre de vraies vacances?

Nous vivons dans un monde plus rapide et stressant que jamais. Les sollicitations du travail, de la vie et de la maison, les attentes et la surcharge d'information continuent d'accroître. Nous sommes pris dans un tourbillon, une sorte de tornade mentale qui nous épuise. Dernièrement, je me suis retrouvée dans une situation où j’étais à bout et cela m’a amené à réfléchir aux questions suivantes : est-ce que l’on se repose vraiment? Prenons-nous assez de vacances? Prenons-nous des vacances qui nous reposent réellement? 

Prendre des vacances est aussi important que de charger son cellulaire. Prendre des weekends de congé ou une journée dans la semaine, c'est comme charger votre téléphone pendant 5 à 10 minutes, il va fonctionner, mais n'aura pas l’effet durable d’un chargement complet. Par contre, faire des activités sportives, de la méditation ou une activité qui vous fait rire les soirs de semaines où les weekends sont l’équivalent de charger son téléphone pendant 20 minutes. Bon, j’ai choisi la comparaison avec le chargement de nos cellulaires, car c’est facile à visualiser, mais tout ça pour dire qu’on ne charge pas les batteries de notre corps humain à 100%.

Donc, pendant ma pause forcée je me suis demandé : est-ce que nous sommes nés pour travailler, stresser, manger, magasiner, avoir des relations sexuelles et ensuite y passer? Est-ce qu’un téléphone nous suit dans l’au-delà pour un dernier tweet post-mortem? : #viedestress #zutjaimerdé #laprochaineseramieux @Dieu je ne te décevrais pas #nexttime.

Je reviens à mes moutons, je suis désolée gang, mais cinq ou six jours sont une pause, une pratique, un changement de décor et de cadence, mais pas de vraies vacances. Les vacances réelles sont d'au moins deux semaines. Et encore mieux, c'est un mois. Un mois qui recharge nos batteries à 100%… c’est une idée qui fait peur à bien des gens par crainte de perdre leur emploi. Voilà la vérité gang, il faut plusieurs jours pour se débarrasser de la maison et du bureau de nos têtes. Et la tête commence à tourner quelques jours avant la fin des vacances. Donc, c'est 3-4 jours où vous n'êtes pas vraiment en vacances, vous pensez à votre retour. Vous vous dites : « Merde, ça ne me tente pas ! », « Merde, j’espère que Jacqueline a bien fait le suivit de mes dossiers! », « Merde, je vais devoir faire du temps d’extra en revenant ! » Pour les workaholic : il n'est pas facile de prendre de bonnes vacances. Vous pouvez vous attendre à avoir de l'angoisse, de la dépression ou de la culpabilité. Il y aura probablement une panique à propos de tout ce que vous devez accomplir avant votre départ et après votre retour. C’est à ce moment que vous devez retourner à vos vacances, souriez… prenez une bière, et, amusez-vous!

 Voici quelques avantages à prendre des vacances :

· Réduisent le stress

· Maintiennent notre concentration

· Rendent plus heureux

· Rendent plus productif

· Améliorent la qualité du sommeil

En conclusion

Il est important de prendre une pause autant en tant qu’employé qu’en tant qu’entrepreneur/employeur. Personne n’est à l’abri des surmenages, des dépressions, mais surtout de nuire à leur santé. Dans le prochain article, je parlerai de l’envers de la médaille soit : comment s’assurer que nos employés puissent partir en vacances la tête libre. 

Cynthia Labelle

Diplômée en design de mode et gestionnaire dans le commerce de détail pendant 12 ans, Cynthia Labelle acquiert au fils des années des aptitudes de communication et de leadership pour être en mesure de développer son équipe de plus de 50 employés efficacement. Ces années d’expérience lui ont permis de réaliser que la force d’une entreprise se trouve dans la qualité et le bonheur des employés. Cynthia est désormais coordonnatrice aux opérations ce qui lui permet de développer davantage son arsenal de compétences qui se compose désormais des 4 sphères d’activités suivantes : le marketing, la finance, les RH et la mise en marché.